Le fruit de ma passion

  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion

Chronique

Nulle noix sans coque et Gâteau forêt-noire

13 juin 2010

Voici un autre classique que vous goûterez probablement dans le temps des Fêtes: le gâteau Reine-Elizabeth. Composé, entre autres, de dattes, de noix et de noix de coco, j’ai choisi d’approfondir le sujet de la noix de coco. Connu sous plusieurs formes, je vous en parlerai dans le cadre de deux chroniques puisque c’est un sujet très intéressant à explorer. 

 

En passant, saviez-vous que :

  • La noix de coco n’est pas une « noix », mais plutôt le noyau du fruit du palmier cocotier. Originaire du sud-est asiatique, le cocotier s’est répandu dans les pays tropicaux grâce à ses fruits qui flottent et qui prennent racine dans le sol sablonneux des plages.
  • En Occident, on ne l’a découverte qu’au XIVe siècle, à l’époque où l’Italien Marco Polo effectuait ses célèbres voyages en Asie.
  • L'enveloppe verte du fruit est naturelle. On doit l'enlever pour trouver la noix brune que l'on connaît. La pulpe du jeune fruit se transforme, à maturité, en chair blanche et comestible.
  • Toute une noix! En moyenne, la noix de coco pèse de 1 à 1,5 kilo. Toutefois, il existe une espèce de palmier dont la noix, que l’on appelle « coco-de-mer » ou « coco fesse » à cause de sa forme double, peut peser 22 kilos; ce qui en fait la graine la plus grosse du règne végétal. Très rare et protégé, ce palmier de longévité exceptionnelle (il peut vivre de 200 à 400 ans) ne pousse que dans quelques îles des Seychelles. Toute une symbolique de la fertilité est rattachée à la noix, à laquelle la légende attribue des propriétés aphrodisiaques.
  • Le terme « coco » est apparu dans la langue au début du XVIe siècle. Il vient du portugais, puis de l’espagnol coco dont la signification approximative est « croquemitaine », « singe », « farfadet » ou « spectre », par allusion au fait que la coque rappelle un visage d’allure hirsute.
  • La noix de coco n’est pas un aliment allergène pour les individus allergiques aux noix et n’est généralement pas exclue de leur alimentation. Toutefois, certaines personnes allergiques peuvent tout de même réagir à la noix de coco séchée souvent plutôt occasionné par les sulfites utilisés pour sa conservation.
  • La chair de coco séchée, râpée ou en flocons, doit être blanche, sans brunissement ou signe d’oxydation et dégager une agréable odeur, sans relent de rancidité. La vigilance s’impose, car la noix de coco séchée peut être additionnée de sucre et traitée aux sulfites. Des produits à base de noix de coco de culture biologique sont offerts dans les magasins de produits naturels.
  • La noix de coco séchée se conserve plusieurs mois au frais, au sec et à l’abri de la lumière. La garder dans un contenant hermétique ou dans son emballage d’origine pour éviter qu’elle ne brunisse sous l’effet de l’oxydation.
Gâteau forêt-noire

Gâteau au chocolat :

  • Fondre au bain-marie 175 g de chocolat noir haché finement. Réserver.
  • Fouetter ensemble 7 œufs et 300 g de sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse. Réserver.
  • Dans un autre bol, malaxer 150 g de beurre et 50 g de poudre de cacao de qualité supérieure pour obtenir une pommade.
  • Verser ce mélange sur le chocolat fondu avant d'incorporer les œufs blanchis.
  • Mélanger soigneusement sans battre.
  • Tamiser ensemble 125 g de farine et 25 g de fécule et, à l'aide d'une spatule, les ajou­ter au mélange précédemment obtenu.
  • Verser la pâte dans 2 moules à gâteaux de 8 pouces beurrés et farinés.
  • Cuire au four à 350°F pendant environ 30 à 40 minutes.

Crème chantilly :

  • Fouetter 450 ml de crème 32 % bien froide, ajouter 50 g de sucre à glacer et de la vanille au goût.

Sirop de cerises et Kirsch :

  • Mélanger et amener à ébullition 100 g de sucre et 85 ml de jus de cerises.
  • Arrêter la cuisson aussitôt le sucre fondu.
  • Ajouter 30 ml de Kirsch.

Montage du gâteau :

  • Trancher les gâteaux en deux sur l'horizontale.
  • Égoutter 2 tasses de cerises noires en conserve et faire le sirop avec le jus obtenu.
  • Arroser chaque étage de gâteau d’environ 30 ml de sirop.
  • Déposer un étage de gâteau sur un plat de service.
  • Étendre une partie de la crème sur le gâteau et garnir de la moitié des cerises coupées en deux. Répéter l'opération en terminant par le dernier étage de gâteau. Presser légèrement le gâteau.
  • Couvrir le dessus et les côtés du gâteau avec la crème chantilly.
  • Décorer le dessus du gâteau de rosettes à l'aide d'une poche à douille et garnir chaque rosette d'une cerise au marasquin avec tiges.
  • Décorer de chocolat râpé sur les côtés du gâteau et de copeaux sur le dessus.

 Il est préférable de mettre au frais 3 heures ou toute la nuit avant de servir.

 Il est également possible de congeler ce gâteau.

Recherche

Saisiez des termes à rechecher dans le titre et le texte des chroniques.

Navigation