Le fruit de ma passion

  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion

Chronique

Ne fait pas le poireau mon chéri !!!

5 juillet 2009

Puisque « faire le poireau », c'est attendre en restant planté comme un poireau (on dit aussi « poireauter »), j’ai pensé qu’à l’approche de la fête des pères, ce serait intéressant de vous concocter un petit spécial de recettes faciles pour les hommes qui ne veulent pas faire le poireau devant le fourneau. Détrompez-vous mesdames, beaucoup d'hommes savent faire la cuisine... peut-être pas le vôtre par contre ! Alors, pour ne pas l’abandonner à son sort et pour lui donner le goût de la cuisine, voici quelques recettes faciles tirées des ateliers enseignés au Fruit de ma passion. Et pour ne pas oublier la thématique, je les ai toutes choisies à base de poireau. Mais qu’est-ce que c’est le  poireau ? Quelles parties doit-on utiliser ?  Saviez-vous que le poireau est riche en pro-vitamine A et en vitamines C et E qui ont un effet protecteur antioxydant sur nos cellules. Le poireau a donc un rôle préventif dans l'apparition de certains cancers. Merveilleux n’est-ce pas !

 

      Le poireau est apparenté à l'ail et à l'oignon bien que son goût et son arôme soient plus doux et sucré que ce dernier.

      La partie blanche du poireau, celle qui pousse sous terre, est la plus appréciée et souvent la seule consommée. Un peu de blanc de poireau rehausse les saveurs sans les masquer alors que les feuilles aromatisent à merveille potages, bouillons et plats mijotés.

     Pour la préparation, éliminer les racines et la base en coupant les blancs jusqu'au départ des feuilles et en le lavant sous l'eau froide tout en écartant les feuilles.

 

Pour les guerriers

 

      Cultivé par les Égyptiens, on dit que le pharaon Kheops offrait des bottes de poireaux pour récompenser ses meilleurs guerriers.

      Les romains l'introduisirent en Grande-Bretagne où il constitue le "légume national" gallois. Ce lien remonte à Saint David (VIème siècle), saint patron du Pays de Galles, qui aurait ordonné à ses soldats combattant les Saxons de le porter sur leur bouclier afin de se reconnaître entre eux. Ils étaient convaincus que ces poireaux les renforçaient et les aidaient à gagner les batailles.

      Néron pensait même que les poireaux amélioreraient sa voix de chanteur et on dit qu'il en a mangé des quantités prodigieuses à cette fin.

      En France, le poireau est appelé l'asperge de l'homme pauvre.

 

Au menu cette semaine

 

Confit de poireaux à l’orange

Tiré de l’atelier «mise en conserves d’été» de Gilles Hamel

Pour servir avec vos pâtés et terrines et également en accompagnement des viandes cuites sur le BBQ.

 

      Bien nettoyer 1 kg de blanc de poireaux et l’émincer. Garder le vert pour la confection des potages.

      Fondre 60 g beurre avec 60 ml d’huile dans une poêle et y faire revenir le poireau et 2 oignons émincés à feu moyen.

      Ajouter le zeste et le jus de 4 oranges, 250 ml de cassonade et laisser caraméliser jusqu’à réduction complète.

      Verser 125 ml de vinaigre balsamique, poivrer du moulin et laisser réduire encore jusqu’à une texture crémeuse.

      Mettre dans des pots stérilisés et garder au frais.

 

Paupiette de sole aux courgettes et à la compote de poireaux braisée à la bière

Recette de Jean-Benoît Fortin

 

      Rouler 4 filets de sole et 4 tranches de proscuitto en enfermant au centre des bâtonnets de courgette. Déposer dans une lèchefrite, saler, poivrer. Arroser  avec un peu de bière blanche et cuire au four à 350° F à découvert jusqu’à ce que la chair se défasse facilement.

      Émincer 1 poireau et le faire cuire à feu doux dans 1 c.tb. de beurre jusqu’à ce qu’il s’attendrisse.  Ajouter un peu de bière et 50 ml de miel. Couvrir et laisser mijoter à feu doux.

      Servir les filets de sole sur un lit de compote de poireaux.

 

 

Quiche aux poireaux

Tirée de l’atelier «quiches et tartes salées» de Nadine Paquet

 

      Faire cuire à feu doux dans 2 c.tb. d’huile, 3 à 4 blancs de poireaux coupés en rondelles assez fines. Surveiller pour ne pas faire roussir. Refroidir.

      Mettre du fromage de chèvre ou autre fromage de votre choix dans un fond de tarte et recouvrir avec les poireaux. Vous pouvez aussi ajouter des olives noires et/ou des tomates séchées.

      Ajouter à 3 œufs battus ce qu’il faut de lait ou de la crème pour obtenir 375 ml de mélange. Saler, poivrer et bien brasser, verser sur la garniture et saupoudrer de muscade fraîchement râpée.

      Déposer l’assiette sur une plaque et cuire au four à 400° F environ 20 minutes.  La cuisson sera parfaite lorsque le centre sera ferme.

 

Recherche

Saisiez des termes à rechecher dans le titre et le texte des chroniques.

Navigation