Le fruit de ma passion

  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion

Chronique

Lumière sur le fromage feta et recette de Feta rôtie aux herbes de Crète

13 juillet 2013
Voici donc la 300e chronique !!! Quel sujet peut-on bien aborder pour une 300e ? Vous serez bien surpris de me suivre dans ma conquête sur la bonne façon d’utiliser le mot feta.
 
Lumière sur le fromage feta
J’ai vu dernièrement une publicité à la télé sur les fromages du Québec qui m’a surprise puisque la personne qui nous présentait le fromage feta l’a fait en utilisant le masculin pour en parler. Je croyais faire erreur en disant «du feta ou au feta», que la bonne façon de dire était : «de la feta ou à la feta». Alors, provenant directement du site officiel des Fromages d’ici, là, ça m’amène à me questionner sur la véritable façon que nous devrions l’employer. Ça ne m’a pas empêché de dormir…mais ça me titillait. Je me lance alors dans ma petite recherche.
Le Larousse 2008 : il me confirme que c’est un nom féminin. Le Larousse gastronomique, même chose. Le titre de la recette dans le livre de Josée di Stasio, gemilli à la courgette et à la feta, utilise le féminin également. Phillipe de Vienne l’utilise au féminin aussi pour la recette de feta rôtie aux herbes de Crète et dans Food, même son de cloche. Ok pour les livres, tournons nous vers le web maintenant.
Le premier site consulté, fromagesdici.com présente ce fromage au féminin. Bon! Contradiction avec la pub télé. Deuxième et troisième, Passeport santé et le Figaro, féminin aussi. Quatrième, ah, là, petit changement puisque sur le site de Radio Canada, à l’émission l’Épicerie, on l’utilise au masculin mais écrit différemment soit féta. Y aurait-il une différence puisqu’un accent aigu y est ajouté ? Sur le site de la Commission canadienne du lait, milkingredients.ca, masculin également avec l’accent aussi. Et par curiosité, je me rends en dernier recours sur le non moins célèbre Wikipédia pour l’exactitude de ses propos nous le présente écrit des deux façons mais en parle toujours au féminin.
Mais qu’est-ce que je fais là ! Je perds mon temps royalement. Le premier site à consulter n’est-il pas celui de l’Office québécois de la langue française ! Et voilà, je crois avoir trouvé la réponse à ma question. Voici.
 
Je me suis retrouvée sur une page affichant une liste contenant les graphies de certains mots conformes aux propositions de rectifications de l’orthographe. On y mentionne que «les graphies traditionnelles sont toujours acceptées, car à l’instar de l’Académie française qui, en 1991, déclarait que les anciennes graphies demeuraient admises et qu’on ne pouvait pénaliser les nouvelles graphies, l’Office québécois de la langue française estime que ni les graphies traditionnelles, ni les nouvelles graphies proposées ne doivent être considérées comme fautives.»
 
«Pour l’accentuation (comme pour le pluriel et la soudure), les mots empruntés suivent la règle des mots français : on ajoute un accent aigu sur le e des mots étrangers qui en étaient dépourvus lorsque le e se prononce [é] « é » (exemples : artéfact, diésel)….»
 
Donc, dans ce dictionnaire on écrit comme suit :« féta   n. m., feta   n. m.
On nomme aussi féta le fromage de fabrication industrielle fait de lait de vache et qui s'apparente au féta grec traditionnel.
Même si la majorité des dictionnaires de langue atteste féta au féminin, le terme est généralement employé au masculin au Québec, probablement par référence au générique fromage.
Le terme féta est d'origine grecque. La forme accentuée féta est privilégiée afin de rendre la graphie conforme à la prononciation en français. Au pluriel, on écrira : des fétas, des fetas.
Voilà, un autre dossier régler. Et la mozzarella elle ? Et la ricotta ???
 
Au menu cette semaine
 
Je ne peux faire autrement que de vous donner une recette à base de feta je crois. Vous en trouverez quelques autres sur le site du Fruit de ma Passion mais celle-ci plaira sûrement à tous pour vos petits amuses gueules du temps des fêtes.
 
Feta rôtie aux herbes de Crète
Recette tirée du livre de Ethné et Philippe de Vienne «La cuisine et le goût des épices»
 
1.    Préchauffer le four à 350° F.
2.    Placer 250 g (1/2 lb) de feta dans une petite poêle allant au four.
3.    Répartir dessus : 1 gousse d’ail tranchée mince et 1 tomate en tranches.
4.    Ajouter 5 ml (1 c. thé) de sauge de Crète, 5 ml (1 c. thé) d’origan de Crète et ½ c. thé de piments secs en flocons. (Rouler les herbes entre vos doigts avant de les ajouter sur le fromage pour que les huiles volatiles se libèrent au cours de la cuisson.)
5.    Verser 125 ml (1/2 tasse) d’huile d’olive vierge dessus.
6.    Cuire 10 à 12 minutes au four et servir chaud avec du pain.
 

Recherche

Saisiez des termes à rechecher dans le titre et le texte des chroniques.

Navigation