Le fruit de ma passion

  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion

Chronique

Déjà quatre ans!

9 janvier 2012
Déjà quatre ans!
 
Eh oui! Déjà quatre ans que j’entre chez vous toutes les semaines par le biais de cette chronique. Il s’en est passé des choses durant ces quelques années. De belles rencontres avec des gens passionnés à créer des produits des plus intéressants et délicieux les uns des autres; des gens qui parcourent le monde pour nous dénicher les meilleurs épices, herbes et thés (je pense, entre autres, à Épices de cru et Camélia Sinensis); des gens qui travaillent sans relâche pour offrir le meilleur service possible. Quatre années à vous faire découvrir ou redécouvrir des mets, des aliments et de l’outillage de cuisine. C’est toujours un plaisir pour moi de prendre le temps d’écrire chacune des chroniques.
Par contre, dans ma vie personnelle, deux moments de tristesse sont venus assombrir mes joies puisque deux personnes très chères à mes yeux m’ont quitté en 2011 soit ma mère et grand-maman Cécile. Si je partage avec vous ce côté plus personnel, c’est que je vous les avais fait connaitre par l’entremise de certaines chroniques dans lesquelles je publiais quelques recettes qu’elles m’avaient transmises. Merci de m’avoir laissé cet héritage si précieux à mes yeux.
 
En passant, saviez-vous que :
 
Comme vous l’avez certainement remarqué, les sujets de mes chroniques diffèrent quelque peu durant l’été. La thématique «Caroline sur la route» vous a fait découvrir différentes entreprises régionales auxquelles le journal offre la possibilité d’afficher leurs produits et services. C’est parfois également une découverte pour ma part et certaines entreprises ou personnes m’interpellent plus que d’autres, soit par leur personnalité, leur passion ou leurs valeurs.
Aujourd’hui, je prends le temps de vous raconter un de mes coups de cœur vécu la semaine dernière pour vous faire comprendre ces rencontres plus qu’intéressantes.
Tout débute par une invitation des propriétaires Hugues St-Laurent et Caroline Martel à me faire visiter leurs commerces de Place du Royaume soit le Thaïe express, Sushi shop et Sukiyaki. Je décide donc de prendre mon courage à deux mains (puisque l’aire de restauration des centres d’achats n’est pas mon dada) et de m’y rendre en compagnie de ma fille Marie-Claude. Ne sachant pas le but de cette visite, elle me demande alors si je fais de la fièvre. «Toi, dans un fast food ?» Je ne lui donne pas tellement plus de détails et on s’y rend.
J’avais déjà eu l’occasion de rencontrer les propriétaires lors d’une émission télé en compagnie de Julie Yacoub, il y a de ça quelques années mais je n’avais pas vraiment eu la chance de discuter avec ces deux passionnés.
Alors, aussitôt arrivées, Caroline nous accueille avec son énergie contagieuse. Pas question de commander quoi que ce soit. «Assoyez-vous les filles, je vais vous faire préparer des «assiettes dégustations» de nos différents restaurants. Hugues nous rejoint alors pour manger et discuter avec nous. 
Quelle ne fut pas ma surprise de constater que je n’avais pas du tout devant moi des mets «fast food» mais plutôt des mets de qualité, préparés avec des ingrédients santés et tout à fait délicieux. Si vous aimez la cuisine thaïlandaise, vous serez conquis par la soupe tom yum avec son bon goût de citronnelle et le sauté de légumes est également excellent avec son petit côté caramélisé. Bonne nouvelle pour les gens intolérants au gluten, la plupart des mets servis au Thaïs express vous seront accessibles. Tout était excellent et frais, que ce soit les plats thaïlandais, japonais ou les sushis. Vous devez également commander les rouleaux impériaux du comptoir Sukiyaki. Généreux et croustillants, composés de légumes et de porc, vous m’en reparlerez, j’en suis convaincue.
Pour en revenir aux personnes, suite à nos propos échangés lors du diner, Hugues et Caroline ont su me convaincre qu’ils avaient à cœur de servir des aliments santés et de faire découvrir de nouvelles saveurs tout en encourageant le plus possible les entreprises locales. Plus de 60 personnes travaillent pour eux, surtout des jeunes qui ont leur diplôme en cuisine professionnelle en main ou des jeunes aux études pour lesquels ils planifient les horaires de travail de façon à concilier travail/études.
Félicitations pour votre travail et bonne continuation dans vos différents projets. Merci encore pour cette rencontre énergisante.

  

Recherche

Saisiez des termes à rechecher dans le titre et le texte des chroniques.

Navigation