Le fruit de ma passion

  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion

Chronique

Merci Jean-Michel Anctil...et recette d'Escalope de veau parmigian

7 août 2011

…d’avoir eu l’audace, si l’on peut dire ainsi, de donner ton opinion. (En passant, je ne me suis pas rendue sur twiter pour te lire, mais je me base plutôt sur les commentaires entendus à la radio et dans la presse écrite).

Dernièrement, Jean-Michel Anctil était en spectacle dans notre région et il a eu l’idée d’aller partager son opinion sur son twiter et faire part de ses commentaires sur la restauration dans le haut du Lac. Oh malheur ! On s’attaquait à notre région. Comme c’est terrible. On en a fait tout un plat (pour ne pas faire de jeux de mots). Et si cet événement s’était passé ailleurs, dans une autre municipalité du Québec, est-ce que ça aurait fait autant jaser ? On peut critiquer bien des choses, mais pas dans notre cour ! Ben voyons donc ! Profitons-en pour se poser quelques questions sur le sujet et changer les choses si possible. 

Je poursuis mon histoire. Donc, la même fin de semaine que Michel Anctil, de l’autre côté du Lac, je participais au gala de fin d’année des étudiants en tourisme du cégep de Saint-Félicien. Je propose donc à mon amoureux d’aller manger le vendredi soir à un certain restaurant de la place que j’avais découvert par hasard il y a de cela une dizaine d’années. Cette soirée là, cette première fois, je ne pouvais pas croire que j’étais à St-Fé. Il y avait une belle sélection de plats dans un menu appétissant, ce qui fut d’ailleurs  le cas. Ayant en mémoire ce repas, c’est avec plaisir que nous prenons place à ce même restaurant. Mais quelle ne fut pas notre surprise ! Nous avions maintenant un menu style fast food devant nous. Quelle déception !

Je le mentionne alors à la gentille demoiselle du service en lui parlant de ma première visite. Elle m’explique alors que le menu avait du être changé puisque la demande pour le genre de cuisine offerte au départ n’était pas vraiment là. Dommage ! C’est encore une fois la loi du plus bas prix qui a eu priorité au détriment de la qualité. Mais ce plus bas prix, on nous l’offre à quel prix ? Celui de notre santé très souvent. Et malheureusement, c’est de plus en plus fréquent dans les restaurants. 

Loin de vouloir déplaire à certains, mais malheureusement, il y a plus de gens que l’on pense qui s’adonnent à la malbouffe pour toutes sortes de raisons et ce que je trouve désolant,  c’est que ces choix finissent par avoir un impact pour le reste de la population. L’exemple du restaurant que je viens de vous donner le démontre très bien je crois.  Comment peut-on expliquer ces choix de la part des restaurateurs ? Pour diminuer leurs coûts d’exploitation et offrir de meilleur prix aux clients, ils se tournent vers des choix économiques. Pas besoin de payer à gros prix du personnel qualifié pour ouvrir et faire réchauffer des produits préparés en usines. Le fait de ne pas tenir trop d’aliments périssables aide aussi à maintenir les coûts d’exploitation plus bas. Pensez-y quand vous vous rendez au restaurant et que vous regardez les prix sur le menu. Dites-vous que le petit restaurateur qui essaie de mettre en valeur les produits frais et les produits locaux ne fait pas face aux même dépenses que celui qui vous offre du fast food.

 Coïncidence…

…mardi de cette semaine, le 21 mars, après avoir écrit le paragraphe précédent, je prends quelques minutes pour boire mon café devant la télé. À l’émission docu-D, on nous présentait le documentaire «les alimenteurs». Tout le monde devrait prendre le temps de regarder un documentaire du genre. Je crois que ça ferait réfléchir suffisamment pour changer certaines habitudes alimentaires et reprendre le contrôle de notre assiette. Ce n’était pas le premier documentaire du genre que je regardais et ça ne faisait que réaffirmer mes convictions. Vous l’avez manqué, je l’ai retrouvé à cette adresse : http://www.dailymotion.com/video/xfeun9_les-alimenteurs-premiere-partie-1-de-3_news.

 

Au menu cette semaine :

Voici la recette d’escalopes de veau parmigiana comme nous la préparions au défunt restaurant Fitzgérald de Chicoutimi….et que je prépare encore de cette façon. Vous pourriez très bien remplacer le veau par du poulet si vous préférez. Demander du prosciutto tranché très mince à votre charcutier pour un meilleur résultat.

Escalope de veau parmigiana

  • Mettre un peu de farine dans une assiette et assaisonner de sel et de poivre.
  • Y passer 4 belles escalopes de veau. (pourquoi pas le veau de Charlevoix, pour acheter local) 
  • Faire chauffer de l’huile d’olive dans une grande poêle et y faire revenir les escalopes à feu vif quelques minutes seulement de chaque côté pour faire colorer.
  • Laisser la viande dans cette poêle et déposer sur chaque escalope des tranches fines de prosciutto. Napper de votre sauce tomate italienne préférée.
  • Mélanger 60 g de fromage mozzarella râpé avec 40 g de parmesan frais râpé et en garnir les escalopes.
  • Cuire au four à 450°F environ 5 minutes;  le veau doit être tendre et le fromage fondu.
  • Servir avec des pâtes au pesto et des légumes verts.

 

Recherche

Saisiez des termes à rechecher dans le titre et le texte des chroniques.

Navigation