Le fruit de ma passion

  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion
  • Le fruit de ma passion

Chronique

Au delà du ginger ale et recette de Poulet au gingembre et au cumin

3 octobre 2010

Comme vous le savez probablement, les légumes se divisent en plusieurs catégories : légumes fleurs, tiges, fruits et bien d’autres pour en arriver aux légumes racines. Dans cette dernière catégorie, il faut inclure les tubercules et rhizomes. En effet, de dire que le gingembre est une racine n’est pas faux mais sa vraie dénomination serait plus précisément «rhizome». Qu’est-ce qui différencie racine, tubercule et rhizome ?

 En passant, saviez-vous que :

 Le rhizome est la tige souterraine, généralement horizontale, de certaines plantes vivaces. Certains rhizomes épaissis sont comestibles, par exemple le gingembre. La croissance est en général assez rapide et la multiplication se fait par division des rhizomes.
 Les rhizomes se transforment parfois en tubercules c'est-à-dire qu’un renflement du rhizome s’effectuera pour se transformer en un tubercule : la pomme de terre en est un bon exemple. Encore là, c’est en divisant le tubercule que la multiplication se fera.
 Pour ce qui est de la racine, un peu plus facile celle-là. Elle est la tige verticale de bien des plantes comestibles, citons en exemple la carotte et le panais.
 
 Le gingembre est celui qui m’intéresse davantage aujourd’hui. Ce rhizome est reconnu pour ses vertus aromatiques et médicinales depuis les temps anciens. Sa culture se fait en majorité dans les régions chaudes au climat tempéré. Par expérience personnelle, ça ne pousse pas vraiment bien dans notre région, mais ne vous fiez pas trop sur moi, je n’ai malheureusement pas toujours le pouce vert.
 
 Le gingembre se vend frais, séché ou en conserve; il est moulu, confit, cristallisé ou mis dans le vinaigre. Il possède entre autres des vertus antiseptiques et c’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle il accompagne les sushis.
 
 À l'achat du gingembre frais, recherchez un rhizome dur et compact, sans traces de moisissures.
 
 Le gingembre frais peut être tranché, râpé, haché ou coupé en fins bâtonnets. Tout comme l’ail, l’intensité de sa saveur change selon la grosseur de la coupe et le moment où on l’incorpore durant la cuisson ; elle sera à son maximum si on ajoute le gingembre en fin de cuisson et plus discrète s’il est mis en début de cuisson.
 
 Le gingembre frais n’aromatise pas de la même façon que le gingembre moulu, on peut interchanger les deux si désiré mais, à vrai dire, chacun à son goût bien particulier ; 15 ml de gingembre frais équivaut à environ une pincée de gingembre moulu.
 
  Doit-on absolument peler le gingembre ?  Non. Sa pelure est comestible lorsque le rhizome est jeune et frais mais prenez soin de bien le laver auparavant.
 
  Plusieurs possibilités de conservation s’offrent à vous. Vous pouvez le congeler entier (ce qui me plait moins). Ce que je préfère, c’est de le hacher au complet et le congeler par la suite ou le mettre dans de l’eau ou du vinaigre de riz dans un bocal pour le conserver au réfrigérateur.

 Au menu cette semaine :

 Poulet au gingembre et au cumin

Recette de Nadine Paquet, collaboratrice à l’école de cuisine Le fruit de ma passion.

 

  Chauffer 1 c.tb. d’huile dans une grande casserole.  Y cuire 1 kg de poitrine de poulet, découpée en bouchées quelques minutes jusqu’à ce que le poulet soit doré (y aller en 2 parties si besoin).  Retirer le poulet et le réserver.

  Verser à nouveau 1 c.tb. d’huile dans la casserole et y ajouter 2 gousses d’ail hachées, 1 oignon haché et 2 c.tb. de gingembre frais haché finement.

  Réduire à feu moyen et cuire en remuant sans arrêt environ 5 minutes, mais sans brunir l’oignon. 

  Incorporer 1/2 c.t. de piment de Cayenne, 1 c.t. de coriandre moulue, 1 c.t. de cumin moulu et 1 c.t. de curcuma moulu. Faire sauter encore 1 minute.

  Incorporer le 125 ml de bouillon de poulet, 1 boite 540 ml (19 oz) de tomates étuvées, 2 c.tb. de pâte de tomates, 2 c.t. de sucre et 1/2  de sel.

  Ajouter le poulet et porter à ébullition, réduire le feu et laisser mijoter environ 5 minutes ou jusqu’à ce que le poulet soit à point.

  Incorporer 3/4  tasse de yogourt nature et laisser mijoter à feu très doux environ 2 minutes.

  Garnir de coriandre fraîche hachée pour le service.

  Servir sur du riz basmati ou du vermicelle de riz. 

Recherche

Saisiez des termes à rechecher dans le titre et le texte des chroniques.

Navigation